Abeille

Les Sénateurs maintiennent l'utilisation du « tueur d'abeilles »

Abstention de François PATRIAT, vote contre d'Alain HOUPERT et d'Anne-Catherine LOISIER, les trois sénateurs de la Côte-d’Or n’ont pas voté pour l’interdiction des néocotinoïdes, pesticide reconnu nocif pour les abeilles et l’environnement baptisé « tueur d'abeilles » par les défenseurs de l'environnement.

Le 17 mars dernier, au terme de deux heures de discussion, les députés adoptaient finalement, par 30 voix contre 28, l’article 51 du projet de loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages. Cet article prévoyait l’interdiction totale dès septembre 2018 de l’utilisation des néonicotinoïdes, une famille de pesticides reconnus nocifs pour les abeilles et les insectes pollinisateurs et, plus généralement, pour l’environnement et la santé.

Dans la nuit de jeudi à vendredi dernier, le Sénat majoritairement de droite a, en seconde lecture, rejeté l'interdiction totale des pesticides néonicotinoïdes, se prononçant plutôt pour une diminution progressive, mais sans fixer de date limite contrairement à ce que souhaitait le gouvernement.

Pour la Côte-d’Or, François PATRIAT s’est abstenu tandis qu’Alain HOUPERT et Anne-Catherine LOISIER votaient contre l’interdiction de l’utilisation des néonicotinoïdes.

Le projet de loi doit désormais faire l'objet d'une commission mixte paritaire chargée de trouver une version commune entre le Sénat et l'Assemblée nationale. En cas d'échec, les députés auront le dernier mot.

ecologie environnement Alain Houpert Anne-Catherine Loisier François Patriat