Jungle de calais

Le NPA21 opposé au démantèlement de la « jungle » de Calais

Alors qu’à Calais, les migrants de la « jungle » s’attendent à voir leurs tentes et leurs abris écrasés par les bulldozers, à Dijon, le NPA 21, dans un communiqué de presse, s’oppose à ce démantèlement.

Soucieuses d’agir avant la fin de ce mois d’octobre et par conséquent le début de la trêve hivernale, les autorités françaises s’apprêtent à démanteler la « jungle » de Calais où vivraient selon les estimations entre 5.700 et 10.000 personnes. Dans un premier temps, elles avaient laissé entendre que les premiers bulldozers pourraient débarqués, ce lundi 17 octobre. Mais c’était avant qu’un recours déposé devant le tribunal administratif de Lille par onze associations ait stoppé net les velléités de l’État.

A Dijon, dans un communiqué de presse, le NPA 21 dénonce le démantèlement de la « jungle » de Calais.

NPA21 : Non au démantèlement du campement de Calais

En programmant le démantèlement imminent du campement de Calais, le gouvernement français monte d’un cran dans la répression contre les migrantEs et réfugiéEs.
Cette opération de basse police qui devrait débuter ce 17 octobre ne fera qu’aggraver la situation de celles et ceux qui, fuyant les guerres et la misère dont les puissances impérialistes portent une très grande responsabilité, ont déjà risqué leurs vies en rejoignant l’Europe. Chaque jour voit s’allonger la sinistre et longue liste des morts en Méditerranée. D’ores et déjà des renforts de police et de gendarmerie (1000 CRS et gardes mobiles) ont été acheminés pour participer à la curée. Les journalistes et les soutiens sont depuis quelques jours refoulés à l’entrée du campement. Que veulent cacher les autorités ? En décrétant le huis clos sur l’évacuation à venir, on peut craindre le pire.
Le NPA  21 dénonce le démantèlement de la « jungle » de Calais dont la première conséquence serait la dispersion de ses habitantEs, leur invisibilisation, et la remise en cause de leur auto organisation. Il exige le retrait immédiat des forces de police du campement, l’arrêt des grenadages quotidiens et des violences policières, l’ouverture de la frontière avec l’Angleterre, la dénonciation des accord du Touquet et de Dublin, la liberté de circulation et d’installation, la régularisation de tous les sans papiers.

Crédit photo : OSCE Parliamentary Assembly (CC BY-SA 2.0)

demandeurs d'asile immigration NPA21