Velos

Le gouvernement coupe les vivres aux associations de promotion du vélo

Alors qu'une partie de la France suffoque pour cause de pollution aux particules, et que le vélo est présenté comme une solution écologique de déplacement, on apprend que le ministère de l’Environnement ne renouvellera pas cette année environ 230 000 € de subventions, jusque là accordée à six associations de promotion du vélo, réunissant des usagers ou des collectivités locales.

L'association EVAD (Ensemble à Vélo dans l'Agglomération Dijonnaise) membre de la FUB, l'une des associations concernées par cette austérité budgétaire s'inquiète de cette annonce et indique que Marie-Guite DUFAY, la Présidente de la région Bourgogne-Franche-Comté (membre du Club des Villes et Territoires Cyclable), François SAUVADET, le Président du Conseil départemental de la Côte d’Or (membre du réseau des Départements & Régions Cyclables), François REBSAMEN, le Président du Grand Dijon (membre du Club des Villes et Territoires Cyclable) ainsi que les Députés Laurent GRANDGUILAUME et Alain SUGUENOT (tous deux membres du Club des élus pour le vélo) ont été contactés par le président de la FUB afin de leur proposer d’appuyer sa demande par un courrier complémentaire à Madame la Ministre.

De leurs côtés, les élus écologistes, dont la vice-présidente du Grand Dijon chargée des mobilités actives, Catherine HERVIEU, par la voix de leur fédération, apportent leur soutien aux associations menacées et demandent à la ministre Ségolène ROYAL de se saisir de la question.

Communiqué de presse d'EVAD

« Le vélo perd les pédales : six associations nationales pro-vélo sont menacées de ne pas recevoir leurs financements 2016 ! »

Le Ministère de l'Environnement, qui pourtant abrite en son sein une coordination interministérielle dédiée aux modes actifs, risque de ne plus subventionner les associations d’usagers (FUB, AF3V, « L’Heureux Cyclage »), de collectivités (« Départements & Régions Cyclables » et « Club des Villes et territoires cyclables ») et de Promotion (« France Vélo Tourisme »). Celles-ci assurent non seulement un important relais des politiques cyclables nationales sur l’ensemble du territoire français, mais également pallient bien souvent à une insuffisance de l’État. Ces désengagements du Ministère de l’Environnement menacent donc gravement la politique vélo nationale !
Vu les enjeux transverses du vélo, notamment en termes de santé publique et d’emplois non délocalisables, le montant des financements d’actions perçu habituellement par chaque structure parait dérisoire. De plus, nous apprenons ce désengagement en toute fin d’année concernée, alors que les actions à conventionner sont bien plus qu’engagées.
Le montant total de ces financements - soit la somme de 230 000 € - représente à peine l’équivalent de 37 mètres d’autoroute, 16 mètres de tram, ou encore 58 Vélibs. C’est dire que cela ne peut ruiner le budget de l’Etat alors même que le vélo doit être un acteur et outil important de la transition énergétique !
Toutes les études chiffrent les retombées potentielles d’une politique vélo efficace en milliards d’euros.
Au regard de cette situation préoccupante, la FUB, l’AF3V, l’Heureux Cyclage, les Départements & Régions Cyclables et France Vélo Tourisme ont adressé une lettre ouverte à la Ministre de l'Environnement, de l’Energie et de la Mer pour tenter de résoudre cet imbroglio avant la fin de l’année 2016 et ainsi éviter un coup fatal à la mise en œuvre d'une véritable politique vélo en France.
En l'absence de subvention, l'activité de notre fédération, la FUB, serait gravement remise en cause, ce qui ne serait pas sans incidence sur celle de notre association.
Cette lettre ouverte pouvant ne pas suffire, un courrier du Président de la FUB a été transmis à Mme la Présidente de la région Bourgogne-Franche-Comté (membre du Club des Villes et Territoires Cyclable), à M. le Président du Conseil départemental de la Côte d’Or (membre du réseau des Départements & Régions Cyclables), à M. le Président du Grand Dijon (membre du Club des Villes et Territoires Cyclable) et à Mrs les Députés Laurent Grandguillaume et Alain Suguenot (membres du Club des élus pour le vélo) afin de leur proposer d’appuyer notre demande légitime par un courrier complémentaire à Madame la Ministre. Les heures sont comptées avant la clôture du budget...

Communiqué de presse de la FEVE

Soutenir les associations cyclistes :
une étape indispensable pour lutter contre la pollution et pour le climat

Alors que la France est exposée à un épisode de pollution de l’air sans précédent, les principales associations nationales de promotion du vélo sont toujours en attente des subventions que l’État leur accorde chaque année et qui, au vu de la date atteinte, semblent perdues pour 2016. Ce serait une première catastrophique en plus de 10 ans.
La FEVE confirme l’urgence exprimée dans les divers courriers adressés à la Ministre de l’Environnement, les 8 et 9 décembre, par les associations de promotion du vélo et des mobilités actives. Les élu-es écologistes invitent Ségolène Royal à agir au plus vite pour ne pas mettre en péril les actions entreprises par ces structures qui sont d’utilité publique et dont la pérennité même pourrait être en cause.
Alors que le fret routier et la circulation automobile génèrent plus du tiers des gaz à effet de serre contribuant à la pollution de l’air, la promotion de l’usage du vélo par les associations confortant les actions des collectivités portées notamment par les élu-es écologistes doit au être amplifiée. Ces actions sont de plus en plus reconnues en faveur du climat.
Les collectivités locales sont engagées à développer l’usage du vélo, sous ses usages les plus divers, dans le cadre de leur Plans de déplacements urbains (PDU), leur schéma de mobilités actives, leur plan local d’urbanisme intercommunal – habitat et déplacements (PLUI-HD). Dans le cadre de ces actions publiques, les acteurs associatifs sont devenus des piliers stimulants incontournables.
En cohérence avec l’accord international de Paris sur le Climat adopté il y a tout juste un an, la FEVE demande solennellement à la Ministre de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer, chargée des Relations internationales sur le climat, de revoir ses arbitrages en faveur des associations Vélo.

Danielle Auroi
Députée du Puy-de-Dôme
Membre du club des élu-es pour le vélo

Pierre Serne
Conseiller régional d’Île-de-France
Président du Club des Villes et Territoires Cyclables

Catherine Hervieu
Vice-présidente du Grand Dijon chargée des mobilités actives
Présidente de la FEVE

EELV EVAD