Twitter

Panorama de la présence des élus dijonnais sur les réseaux sociaux

Pour communiquer avec les administrés, les élus passent de plus en plus par les réseaux sociaux, ce qui leur permet, au passage, de s’affranchir de la presse et des médias locaux. Nous avons établi le panorama de la présence des élus municipaux de Dijon sur TWITTER et FACEBOOK.

TOP 10 des élus dijonnais les plus présents sur les réseaux sociaux

François REBSAMEN, maire de Dijon, est bien sûr en tête du classement mais on peut penser que son passage au ministère du travail a “boosté” son nombre de followers. On peut également penser qu’il peut compter sur des petites mains au sein de son cabinet, pour gérer sa présence sur les réseaux sociaux. L’important travail parlementaire de Laurent GRANDGUILLAUME se traduit sans conteste dans sa popularité sur les réseaux sociaux. Compte tenu de son activité sur Facebook, on peut penser que Nathalie KOENDERS, la première adjointe au maire, devrait figurer dans le Top10, mais celle-ci ne rendant pas public son nombre d’amis sur son compte, se retrouve pénalisée (voir méthodologie).

On notera la forte présence de Danielle JUBAN, adjointe au maire, déléguée à l'attractivité, au commerce et à l'artisanat, sur les réseaux sociaux et plus particulièrement sur facebook où quotidiennement elle fait la promotion de la ville et de ses commerces.

Dans notre classement des élus dijonnais les plus suivis sur les réseaux sociaux, on notera le cas particulier de Joël MEKHANTAR, pour lequel on n’a pas trouvé trace de présence sur Facebook ou Twitter. L’adjoint délégué à la modernisation du service public et à l'informatique, ne serait donc pas le plus accroc des élus aux réseaux sociaux.

Classement de 11 à 20

Classement de 21 à 30

Classement de 31 à 40

Classement de 41 à 50

Méthodologie du classement

Ce classement a été effectué le 4 juin 2016 sur la base du nombre d’amis aux profils Facebook des élus voire au nombre d'abonnés à leurs pages Facebook (fans) quand elles existent, ainsi qu’à leurs comptes Twitter (followers) (note : ces informations sont librement consultables par tous quand les pages Facebook et les comptes Twitter des élus sont publics. Certain(e)s élu(e)s ayant choisi(e)s de ne pas afficher ces données, principalement sur Facebook se retrouvent pénalisé(e)s dans ce classement).