Parc de la colombiere

Dijon : l'opposition vigilante quant au maintien d'animaux dans les parcs

Suite à la révélation du projet de ferme au Parc de la Colombière, l’opposition municipale défends l’idée de « l’écologie et de la nature en ville » et cela dans tous les quartiers de Dijon. Patrice CHATEAU, délégué à l'environnement en charge des parcs et jardins, réponds.

En plein coeur de l’été, le quotidien régional le Bien Public, dans son édition du 12 août, révélait le projet municipal d’aménagement d’ici la fin de l’année d’une ferme pédagogique au Parc de la Colombière. Dans un communiqué de presse, les membres du groupe municipal d’opposition Union de la Droite et du Centre commentaient :

Si l’idée peut paraître intéressante a priori, nous attendons de connaître les détails du projet pour nous prononcer définitivement.
En revanche, nous regrettons vivement que celui-ci s’accompagne de la fermeture des espaces animaliers qui existent depuis des années dans les autres jardins publics de la ville. La suppression est déjà effective de longue date au parc aux daims de la combe à la serpent, au Parc des Carrières Bacquin où l’enclos des animaux, vidé de ses occupants, est désormais bien triste. Elle doit malheureusement intervenir aussi au Parc de la Toison-d’Or dans les prochains jours. Il semblerait que le Parc des Argentières ait obtenu, in extremis, un sursis grâce à la mobilisation des habitants.

Pour l’opposition municipale, il s’agit d’économies de bouts de chandelle qui privent les enfants des quartiers concernés de la joie de retrouver chaque soir ou chaque week-end « leurs » animaux. Nous défendons ardemment l’idée de «l’écologie et de la nature en ville » et cela dans tous les quartiers de Dijon.

Nous avons contacté l’élu écologiste, membre de la majorité municipale, délégué à l'environnement en charge des parcs et jardins, Patrice CHATEAU. L’élu ne souhaite pas rentrer dans une polémique sur le mode d'organisation des animaux dans les parcs de la ville, mais simplement rappeler les objectifs de municipalité :

le bien vivre ensemble (les animaux y contribuent indéniablement), l'éveil des tout petits et l'éducation à l'environnement la préservation de la biodiversité (les animaux y contribuent toujours).

En outre Patrice CHATEAU indique que la municipalité doit aussi tenir compte des risques pour la santé et la vie des animaux car ceux-ci ont subi des agressions particulièrement cruelles ces dernières années au parc du drapeau et au parc à daim. L’élu rappelle également que :

la mairie doit maîtriser ses coûts d'exploitation car c'est de l'argent public dont il s'agit.

Il ajoute que la présence renouvellée de moutons cet automne au parc de la combe à la serpent témoigne aussi du rôle très actif que souhaite donner la Ville aux animaux dans l'entretien de l'espace public.

ecologie EELV Patrice CHATEAU Virginie VOISIN-VAIRELLES Catherine VANDRIESSE Alain Houpert Anne ERSCHENS Franck Ayache Laurent Bourguignat Stéphane CHEVALIER François HELIE Union de la Droite et du Centre