Laurent Grandguillaume présente sa proposition de loi territoires zéro chômeurs à Talant le 25/09/2015

Laurent GRANDGUILLAUME se met en retrait de la vie politique

Le député de la première circonscription de la Côte-d’Or, Laurent GRANDGUILLAUME annonce ce lundi 5 septembre qu’il ne briguera pas un nouveau mandat de député et qu’il démissionne du conseil municipal de Dijon pour se consacrer à son activité professionnelle. Il annonce également vouloir s’engager dans le monde associatif.

Sur son blog, le député de la première circonscription de la Côte-d’Or, Laurent GRANDGUILLAUME annonce ce lundi 5 septembre sa décision de ne pas se représenter aux élections législatives de juin 2017 ainsi que sa démission de son mandat de conseiller municipal de Dijon délégué à la vie associative. Cette annonce intervient après dix années de mandats électifs sans interruption (locaux et nationaux).

Laurent GRANDGUILLAUME est un fervent partisan de la rénovation politique et est opposé au cumul des mandats, que ce soit en nombre ou dans le temps :

Je considère qu'il faut à la fois limiter le cumul des mandats en nombre et dans le temps car on ne peut pas être partout et bien faire plusieurs choses à la fois.
Je crois qu'il est grand temps de changer l'engagement politique par la preuve. Il doit en effet être conçu comme un engagement au service de l'intérêt général et non plus comme un métier.”

Aussi, Laurent GRANDGUILLAUME s’était appliqué à lui-même l’exigence du non cumul des mandats en nombre, dès le lendemain de son élection en tant que député en 2012, bien avant le vote de la loi qui s'appliquera à tous en 2017.

Après ces années d'engagement politique Laurent GRANDGUILLAUME fait un bilan de son action que ce soit au niveau national ou local :

Élu député en juin 2012, j'ai exercé mon mandat parlementaire avec rigueur pour faire face aux défis qui étaient devant nous : le redressement de nos finances publiques pour garantir notre souveraineté nationale et notre indépendance face aux marchés financiers, le combat contre ce fléau social et humain qu'est le chômage, le soutien à nos artisans - commerçants - - TPE - PME et ETI pour leur redonner des marges de manœuvre nécessaires pour créer des richesses, la transition écologique et énergétique, ... Le bilan du quinquennat comporte bien entendu, comme tout bilan, des ombres et des lumières. Il appartiendra aux citoyens d'en juger par eux-mêmes dans les débats à venir.
J'ai mené des missions difficiles, et passionnantes, qui m'ont été confiées par les Premiers Ministres Jean Marc Aurault et Manuel Valls, et le Président de la République, François Hollande : le conflit des autoentrepreneurs et des artisans, le conflit des taxis et des VTC, la mission de simplification pour les entreprises. J'ai porté une loi avec le monde associatif, votée à l'unanimité à l'Assemblée nationale et au Sénat, pour expérimenter dans 10 territoires une utopie réaliste de lutte contre le chômage de longue durée. J'ai été rapporteur thématique des lois Hamon et Macron, rapporteur budgétaire sur l'asile, l'intégration et l'immigration, rapporteur de la mission d'évaluation de Bpi France. J'ai fait adopter plusieurs amendements visant à encadrer les retraites chapeaux, les Golden Hello, à protéger la résidence principale des entrepreneurs individuels, à faciliter les changements de compte bancaire pour les consommateurs ou encore à renforcer les dispositifs de lutte contre le surendettement des familles. J'ai tenté aussi d'apporter des idées nouvelles à travers deux livres, conçus comme des contributions pour tenter de bousculer l'ordre des choses.
Bien sûr, j'ai aussi des regrets : ne va pas avoir réussi à convaincre ma propre famille politique qu'il ne fallait pas supprimer la défiscalisation des heures supplémentaires mais qu'il fallait juste l'encadrer pour éviter un coût trop important pour les finances publiques; je regrette les fortes tensions, la violence et les fracturations sur la loi travail alors que notre pays a tant besoin de réformer son droit et son modèle social pour prendre en compte les mutations du travail; je regrette les polémiques inutiles et le manque d'unité nationale dans le combat contre le terrorisme qui est une des plus grandes épreuves de l'histoire récente de notre Nation. Il serait sein pour la classe politique qu'elle soit parfois capable de compromis et de respect dans la diversité.
J'entends mener mon travail jusqu'au bout du mandat. Aussi, je consacrerai mon énergie à terminer ce que j'ai commencé : la simplification pour les entreprises, le travail avec tous les acteurs pour une sortie durable du conflit des taxis et des VTC, et je veillerai à l'application de la loi d'expérimentation territoriale visant à résorber le chômage longue durée. Je suivrai en parallèle une formation dans le cadre de mon retour à la vie professionnelle à l'issue du mandat.”
Au plan local, au travers de mes anciens mandats de conseiller général de la Côte d'Or, de Vice-Président aux finances de l'agglomération dijonnaise, d'Adjoint au maire délégué à la jeunesse, à la vie associative et à la démocratie locale, et de Président du groupe socialiste du conseil municipal de Dijon, je suis fier d'avoir travaillé, dans un cadre collectif, à de nombreux projets utiles pour les habitants que ce soit avec la rénovation du quartier de la Fontaine d'Ouche, l'accompagnement de la vie associative, la mise en place des budgets participatifs des commissions de quartier, la création du festival Kultur'Mix, ou encore l'élaboration du plan de financement des deux lignes de tramway.

Après avoir évoqué son bilan, il s'exprime sur l’avenir :

Face aux enjeux pour notre pays, face aux fanatismes et aux extrémismes, nous avons besoin d'unité nationale, de dépasser certains clivages sans renier notre identité et notre histoire politique. La politique est parfois devenu le théâtre d'affrontements des apparences, il devrait redevenir l'espace de construction de ce qui nous est commun.
On ne gagne que les combats que l'on mène. Aussi je continuerai à mener d'autres combats pour mettre l'humain au coeur des choix, que ce soit dans ma vie professionnelle, que je vais retrouver avec grand plaisir, et dans le monde associatif qui est au coeur de la vie de la cité. L'essentiel c'est la République laïque et sociale par l'action.
Citoyennes, citoyens, la démocratie nous appartient. La démocratie est représentative, participative et sociale. Il est essentiel de renouveler le débat d'idées et les responsables politiques. Dans cette perspective, il n'y a pas qu'un seul chemin possible. Ici, et demain, je suis persuadé que nous aurons de nouveaux combats à mener ensemble. Je ne manquerai pas de continuer à m'exprimer en homme libre.

Concernant la première circonscription, Laurent GRANDGUILLAUME semble confiant si les forces de gauche sont capables d’unité :

Bien d'autres jeunes responsables politiques locaux pourront continuer le travail dans la 1ère circonscription de la Côte d'Or, seule circonscription de notre département où la gauche a progressé lors des derniers scrutins. Elle est devenue en effet majoritaire aux dernières élections départementales avec l'arrivée d'une nouvelle génération d'élu(e)s socialistes de terrain (6 conseillers départementaux sur 10 sont issus de la gauche contre 2 sur 5 en 2012).
Si les conditions de l'unité sont réunies, la gauche aura de grandes chances de la conserver. Mais l'unité ne se décrète pas, elle se construit dans la confiance.

Mais le désir de renouvellement de la classe politique qu’appelle de ses voeux Laurent GRANDGUILLAUME pourrait venir de sa droite en la personne d’Anne ERSCHENS qui, dans un communiqué de presse, “salue sa décision courageuse” avant de rendre hommage à l’adversaire politique :

Au-delà d’un adversaire potentiel pour ces élections, je vois en lui un homme honnête, humain, animé de vraies convictions, qui a su travailler dans le dialogue, le respect et au-delà des divergences politiques dans les dossiers qu’il a portés.
Je lui souhaite très sincèrement de se réaliser pleinement dans ses nouveaux engagements et lui souhaite bonne continuation dans cette nouvelle aventure qu’il s’est choisie.

 

Laurent Grandguillaume Anne ERSCHENS élections législatives 1ere Circonscription de Côte-d'Or