Route

La voirie départementale divise Colette POPARD et François SAUVADET

Si les routes sont supposées réunir les hommes, au conseil départemental de la Côte-d'Or, la publication de l'enquête « J'ai mal à ma route » de l'association 40 millions d'automobilistes, le sujet de la voirie départementale divise la cheffe de file de l'opposition départementale, Colette POPARD (PS) et le président de l'assemblée départementale, François SAUVADET (UDI) qui s'affrontent par communiqués de presse interposés.

La semaine dernière, nous vous informions de la publication par l'association 40 millions d'automobilistes de l'enquête intitulée « J'ai mal à ma route », enquête reprise vendredi dernier par Le Bien Public. Suite à cette publication du quotidien régional, Colette POPARD, Présidente du groupe des élus socialistes, progressistes et écologistes des Forces de Progrès du Conseil départemental de la Côte-d'Or propose, dans un communiqué de presse, la création d'une mission d'information et d'évaluation de la politique départementale en matière de voirie « afin de faire évoluer ce dossier important pour tous les Côte-d'Oriens » dénonçant au passage : « Nous avons noté également avec beaucoup d'intérêt que sur ce total de 1660 km, 905 km (soit plus de la moitié) étaient localisés sur la circonscription législative du Président du Conseil départemental ».

Samedi, François SAUVADET, Président du Conseil départemental de la Côte-d'Or, réponds en invitant son adversaire politique « à mieux travailler ses dossiers et être davantage présente sur le terrain », ajoutant : « Si Madame Popard sortait de Dijon de temps à autre, elle aurait plus de considération pour le travail réalisé par les agents du Département qui veillent à la sécurité routière, critère majeur de la programmation des travaux ».

 

Communiqué de presse - Routes départementales, pour la création d'une mission d'information et d'évaluation

Dijon, le 18 novembre 2016

 

L'enquête publiée dans le Bien Public le 18 novembre est très intéressante.
Notre département a en effet la singularité d'être parmi les plus étendus, avec un réseau de plus de 5800 km de routes départementales.
Sauf catastrophe naturelle, l'état d'une route ne se dégrade pas brutalement. Elle est le plus souvent le fruit d'un niveau d'entretien et d'investissement très insuffisant durant plusieurs années de suite.
Nous souhaitons donc seulement rappeler que de 2009 à 2015, en 7 ans, seulement 1660 km de couches de roulement ont été refaites en Côte-d'Or, loin de l'objectif qui aurait dû être celui du département d'entretenir 10 % du réseau chaque année.
Nous avons noté également avec beaucoup d'intérêt que sur ce total de 1660 km, 905 km (soit plus de la moitié) étaient localisés sur la circonscription législative du Président du Conseil départemental.
Constatant que la commission chargée des routes n'était ni informée ni consultée sur ces choix, nous avions proposé en juin 2013 la création d'une mission d'information et d'évaluation.
Cette proposition, si elle avait été acceptée par la majorité LR-UDI du département de la Côte-d'Or, aurait permis d'établir un diagnostic partagé et redéfinir les critères et les priorités.
Nous proposerons donc à nouveau la création d'une mission d'information et d'évaluation de la politique départementale en matière de voirie afin de faire évoluer ce dossier important pour tous les Côte-d'Oriens.

 

Colette POPARD,

Présidente du groupe des élus socialistes, progressistes et écologistes
des Forces de Progrès du Conseil départemental de la Côte-d'Or

Communiqué de presse - Voirie et hypocrisie

Dans un communiqué envoyé aux médias locaux hier, vendredi 18 novembre, Colette Popard s'interroge sur la politique du Département de la Côte-d'Or en direction de la voirie départementale. Il est curieux de voir que madame Popard s'intéresse aux routes après la parution d'un article dans la presse alors qu'on ne l'entend guère sur le sujet en séance publique ou lors des discussions budgétaires.
Madame Popard se livre une nouvelle fois à des attaques personnelles qui ne grandissent pas la politique.
Mais Madame Popard devrait plutôt se réjouir que le Conseil départemental investisse 40 millions d'euros pour le financement de la LINO.
Madame Popard devrait rencontrer les élus de Beaune qui se réjouissent de voir que la rocade avance bien grâce aux 30 millions d'euros du Conseil départemental.
Madame Popard devrait écouter les élus de Mirebeau qui ont obtenu 24,5 millions d'euros pour la rocade, tout comme elle devrait se féliciter du million d'euros investi pour le pont de Saint-Jean-de-Losne.
Et que dire des 55 millions d'euros que le Conseil départemental de la Côte-d'Or a mis dans le contrat avec le Grand Dijon ?
Au lieu de jouer les Cassandre, madame Popard devrait se réjouir de l'investissement croissant du Conseil départemental de la Côte-d'Or pour sa voirie. Un investissement de 37 millions d'euros en 2016, en hausse de 10%, dont 13 millions pour les couches de roulement, à un niveau historique.
Mais non, madame Popard préfère visiblement se complaire dans l'opposition et la critique systématiques.
Elle devrait plutôt se réjouir de voir que la Côte d'Or est aujourd'hui l'un des départements les moins accidentogènes de France.
Plutôt que de chercher continuellement la polémique et l'esbroufe médiatique, elle devrait mieux travailler ses dossiers et être davantage présente sur le terrain. Si Madame Popard sortait de Dijon de temps à autre, elle aurait plus de considération pour le travail réalisé par les agents du Département qui veillent à la sécurité routière, critère majeur de la programmation des travaux.
La politique départementale en sortirait grandie.

Conseil départemental sécurité routière François Sauvadet Colette Popard sécurité routes 40 millions d'automobilistes