Genlis : réaction de Colette POPARD

Colette POPARD demande la démission de M. GROSSEL adjoint au maire de Genlis condamné pour incitation à la haine raciale.

Le tribunal correctionnel de Dijon a, lundi, reconnu coupable et condamné à 2000 euros d'amende avec sursis M Grossel, adjoint au maire de Genlis, qui était poursuivi pour incitation à la haine raciale.

Une telle condamnation ne peut rester sans conséquence. C'est pourquoi les Conseillers départementaux de la Côte-d'Or membres du groupe des Forces de Progrès demandent aujourd'hui la démission de M. Grossel de son mandat d'adjoint au maire et de conseiller municipal, incompatible depuis sa condamnation avec les valeurs de la République.

Le racisme n'est pas une opinion : c'est un délit sanctionné par les tribunaux, et un acte intolérable de la part d'un élu de la République.
Nous soutenons par ailleurs la demande exprimée par les élus de l'opposition municipale suite à cette condamnation.

Et nous demandons au maire de Genlis d'assumer ses responsabilités et de retirer sa délégation d'adjoint à M Grossel.

Il ne saurait y avoir des valeurs républicaines à géométrie variable, selon qu'on soit élu à Talant ou à Genlis.



Colette POPARD.
Conseillère départementale de la Côte-d'Or.
Présidente du groupe des Forces de Progrès.

Conseil départemental Colette Popard Groupe des forces de progrès