Cgt conseil departemental bouhey

CGT : Utilisation de l'argent public, indécence au Conseil Départemental

Dans un communiqué de presse, le syndicat CGT du conseil départemental dénonce l'organisation chaque année de la réception des maires de la Côte-d'Or, et interroge : « Dans un contexte de diminution des dotations publiques et de restriction budgétaire n'est-il pas indécent de maintenir cet événement dans de telle proportion ? »

Le 1er juillet dernier, François SAUVADET, Président du Conseil Départemental et Député de la Côte-d'Or, recevait les maires de la Côte-d'Or à l'Aérodrome de Dijon-Darois à l'occasion des championnats de France de voltige aérienne, pour la réception traditionnelle organisée chaque année. La CGT du Conseil départemental de la Côte-d'Or, remet en cause l'utilisation de l'argent public pour cet événement alors que dans le même temps, l'organisation syndicale constate « une dégradation des conditions d'exercice des missions est un facteur réel de pénibilité et de risques psychosociaux : stress, épuisement au travail, perte de sens dans les tâches accomplies... »

Interrogé par nos soins, le Conseil Départemental conteste la somme de 365 000€ avancée par l'organisation syndicale la qualifiant même de : « surréaliste ».

Communiqué de presse de la CGT du conseil départemental de la Côte-d'Or

Utilisation de l'argent public : indécence au Conseil Départemental

Tous les ans, le Conseil Départemental organise une « réception des maires » de Côte-d'Or. Cette année, elle a eu lieu le vendredi 1 er juillet à l'aérodrome de Darois avec démonstrations aériennes, banquet et vin à volonté offerts à plus de 800 élus.

En 2015, cette réunion des maires a représenté un budget de 365 000 €pour le Conseil Départemental.

Dans un contexte de diminution des dotations publiques et de restriction budgétaire n'est-il pas indécent de maintenir cet événement dans de telle proportion ?

La CGT du Conseil Départemental se voit opposer depuis plusieurs années comme motif récurent et sans appel les restrictions budgétaires pour mettre fin à toutes les revendications exposées.

Des conditions de travail qui se dégradent, une hausse d'activité qui doit être assumée à moyens humains et matériels constants.
Dans le secteur des routes et des collèges on déplore un nombre insuffisant d'agent pour travailler dans de bonnes condition et en sécurité, avec des moyens matériels parfois inadaptés.

Le secteur du social est également touché. Les travailleurs médico-sociaux sont confrontés à une baisse des budgets d'aide alloués aux familles en difficulté. Ils doivent répondre à une demande de plus en plus importante dans un contexte de précarité et de pauvreté qui ne cesse de s'accroître.

Face à ces besoins croissants de la population, le Conseil Départemental fait comme seule proposition la restriction du service public qui passera par la fermeture de certains accueils solidarité famille sur des demi-journées.

Les assistants de service social sont tellement surchargés sur l’agglomération dijonnaise qu'ils sont contraints de proposer des rendez-vous avec un délai de trois semaines.

Dans le domaine de la protection de l'enfance, les travailleurs sociaux de l'Aide Sociale à l'Enfance se voient confrontés à des situations de plus en plus complexes. Faute de place dans les lieux d’accueil, des enfants sont maintenus dans les familles malgré des ordonnances judiciaires de placement.

Les agents du Conseil Départemental ont à cœur d'exercer leurs missions et de participer à un service public de qualité. Cette dégradation des conditions d'exercice des missions est un facteur réel de pénibilité et de risques psychosociaux : stress, épuisement au travail, perte de sens dans les tâches accomplies...

Ce contexte dégradé est renforcé par le gel du point d'indice depuis 2010, ainsi que les nouvelles dispositions de l'accord relatif aux parcours professionnels, carrières et rémunération qui supprime la possibilité d'avancement d'échelon à minima. Accord que la CGT a dénoncé et n'a pas voté.
La revalorisation du point d'indice de 1,2%, « accordé » cette année, n'étant pas à la hauteur de la situation marquée par l'importante dégradation du pouvoir d'achat créée par six années d'austérité salariale.

Comment alors accepter que des milliers d'euros soient dépensés chaque année dans une réception d'élus ?

La CGT dénonce un tel gaspillage de l'argent public et maintient son engagement pour le développement et la qualité du Service Public.

 

La CGT du Conseil Départemental

Le soir même de cette réception des maires de la Côte-d'Or, Christophe LUCAND, conseiller départemental de l'opposition, indiquait sur sa page Facebook : « Ce soir, je m'abstiendrai de participer à la "Réception des Maires de la Côte-d'Or" à l'aérodrome de Darois ».

Conseil départemental CGT