Taxation des CDD : un coup de poignard dans le dos des entreprises !

La CGPME Côte d’Or réagit à l'annonce du Premier Ministre a annoncé à la suite d'une rencontre avec les syndicats étudiants des mesures soit pour l'insertion des jeunes dont « un renchérissement des taxes sur les CDD, pour favoriser l'embauche en CDI ».

Le Premier Ministre à la suite d'une rencontre avec les syndicats étudiants vient d'annoncer des mesures soit disant pour l'insertion des jeunes. Parmi celles-ci figure "un renchérissement des taxes sur les CDD, pour favoriser l'embauche en CDI".

Les bonnes vieilles recettes gouvernementales sont donc de retour.

Ainsi après avoir renoncé à donner davantage de visibilité aux employeurs en plafonnant le montant des indemnités allouées en cas de licenciement considéré sans cause réelle et sérieuse, le Premier Ministre n'hésite pas à pénaliser financièrement la majorité des créations d'emplois qui se font aujourd'hui à plus de 80% en CDD.

Au lieu de s'interroger sur les raisons qui poussent les employeurs à embaucher en CDD et de regarder comment les inciter à préférer les CDI, le gouvernement choisit la voie de la sanction financière.

Les mêmes causes produiront les mêmes effets : la taxation des CDD décidée en 2013 n'a en rien enrayé le phénomène CDD mais a, sans aucun doute, contribué à dégrader plus encore le marché de l'emploi.

En juin 2015, le gouvernement avait pourtant assoupli les conditions de renouvellement de ces CDD qu'il veut aujourd'hui taxer davantage !

Quant à imaginer, comme l'entend Matignon, que les partenaires sociaux "définissent le barème et le champ d'application de cette surcotisation au travers d'une augmentation de la cotisation chômage", la CGPME refuse d'être complice de ce coup de poignard porté dans le dos des entreprises.

Benoît WILLOT, Président de la CGPME Bourgogne – Franche-Comté, et la Confédération Générale des PME poseront donc prochainement à leurs instances la question de leur départ de la négociation en cours sur l'assurance chômage.

Le gouvernement assumera ses décisions. Y compris les plus stupides.

 

Benoît WILLOT CGPME