Rémi DELATTE : "je voterai la censure du Gouvernement"

Rémi DELATTE, député de la Côte-d'Or, dénonce l'utilisation par le Gouvernement du 49.3 pour une loi allégée au fil des négociations face à un chômage de masse.

En annonçant l'engagement de sa responsabilité sur le projet de loi El Khomri, le Gouvernement démontre, s'il en était encore besoin, qu'il n'est plus à quelques reniements près.

Reniements sur la forme d'abord. Qu'il est loin, le Francois Hollande de 2006 dénonçant au travers du 49.3 "une brutalité, un déni de démocratie" ! Qu'il est loin, le Manuel Valls de 2008 qui proposait de supprimer cette procédure de la Constitution ! Qu'ils paraissent bien loin les discours de Myriam El Khomri qui évoquait le "temps venu du Parlement" et brandissait, pour élaborer sa loi, un respect et une participation de l'Assemblée Nationale sur lesquels le Gouvernement marche pour la quatrième fois en quatre ans.

Reniement sur le fond. En procédant de la sorte, le Gouvernement impose une loi en décalage complet avec les accents réformateurs qu'affichait la première version du texte, allégée au gré des contestations de syndicats enfermés dans le conservatisme.

Et, au bout du compte, c'est la courbe du chômage qui ne s'inversera pas. Ce sont les chefs d'entreprises qui continueront à crouler sous les charges et procédures. Ce sont les salariés et demandeurs d'emploi qui continueront à se heurter à une législation du travail bridant l'insertion et l'initiative.

Mais "ça va mieux", nous dit-on.

Face à tant de discrédit, de mépris et d'indécence, je voterai la censure du Gouvernement.


Rémi DELATTE
Député de la Côte-d'Or (LR)
Président "Les Républicains" 21

 

Les républicains Rémi DELATTE