Non au matraquage fiscal des dijonnais photo d illustration par loin des yeux

« Non au matraquage fiscal des Dijonnais ! »

Le groupe d’opposition municipale Agir pour Dijon dénonce l'augmentation de 5 % du taux des taxes locales à Dijon en 2016 malgré les promesses de campagne de François REBSAMEN.

La municipalité veut augmenter les taux des impôts locaux des Dijonnais de 5 % en 2016. Le vote doit intervenir lundi 21 mars. Nous sommes totalement opposés à ce projet !

Cela représente une augmentation de 6 % du montant de la taxe d’habitation et de la taxe foncière pour chaque contribuable en 2016, avec la revalorisation des bases de 1 % votée par le législateur. Depuis les dernières élections municipales en mars 2014, cela représente une augmentation de 10 % en deux ans de la part de la ville de Dijon.

Nous dénonçons ce matraquage fiscal des Dijonnais. Au même moment, les rémunérations des agents publics et des retraités sont gelées depuis plusieurs années, les salariés du privé sont frappés par le chômage de masse et des entreprises de toute taille connaissent des difficultés. Les tarifs publics à Dijon n’ont cessé d’augmenter ces dernières années : transports publics, eau potable stationnement. Même les droits de place sous les halles centrales seront majorés de 10 % à compter du 1er avril !

Chacun devra se serrer la ceinture pour payer le train de vie de la municipalité, ses dépenses sociales et culturelles, ses grands projets dispendieux.

La ville de Dijon a réussi, grâce à François REBSAMEN, à se classer dans les dix villes de France les plus taxées sur une quarantaine de villes de plus de 100 000 habitants : dixième rang pour le taux de la taxe foncière et huitième rang pour celui de la taxe d’habitation en 2015 ! Bienvenue en première division !

La promesse des dernières élections municipales de ne pas augmenter les taux des impôts locaux plus que l’inflation, que nous trouvions déjà excessive, est jetée aux oubliettes comme le fut celle de rester maire plutôt que devenir ministre. La crédibilité de la parole publique est compromise.

Emmanuel BICHOT

François Rebsamen Emmanuel BICHOT Chantal OUTHIER impôts locaux Mairie de Dijon Bernard BONORON