Marien LOVICHI se prononce pour une TVA sociale

Toujours évoquée, mais jamais mise en place, Marien LOVICHI, secrétaire départemental adjoint de l’UDE Côte-D’Or se prononce pour la « TVA sociale » qu'il appelle par ailleurs « contribution mondialisation ».

Suite aux accords sur les retraites complémentaires, nombre de français vont se retrouver avec une pension bien diminuée. C’est juste incroyable et injuste pour les travailleurs ! Pour une fois, l’Etat n’est pas le seul responsable puisqu’il ne les gère pas. Il s’agit d’un accord entre le patronat et trois syndicats (CFDT, CFTC, CFE-CGC) …

Cela démontre une nouvelle fois les limites de notre système d’Etat providence, basé exclusivement sur les revenus du travail.

Il est grand temps que nous essayons enfin d’autres pistes, jusqu’à présent snobées par dogmatisme par les deux grands partis traditionnels.

Par exemple, la piste qui a toujours été défendue par les centristes (Borloo en 2007, Bayrou en 2007, Baylet lors des primaires de la gauche en 2011) et qui permet de répondre à cet enjeu majeur : la «TVA sociale ».

Aujourd’hui, je soutiens cette voie au sein de l’UDE et je veux lui donner le nom de « contribution mondialisation» pour éviter les amalgames qui ont freiné jusqu’à maintenant sa prise en compte par détournement d’interprétation.

Cette « contribution mondialisation » consiste à prélever sur tous les produits ou services, qu’ils soient produits en Chine, aux Etats-Unis ou en France, une part financière qui n’irait pas dans le budget de l’Etat comme la TVA, mais alimenterait nos URSSAF et autres caisses de retraites complémentaires. Ceci permettrait de financer le maintien de notre modèle social, tout en baissant les charges salariales et patronales des entreprises, les rendant par la même occasion plus
compétitives.

En compensant les déficits de nos Caisses d’assurance sociale, nous nous donnons également la capacité, non seulement de maintenir nos acquis sociaux (la retraite complémentaire…) mais aussi d’ouvrir de nouvelles pistes inédites de prestations sociales, comme le revenu universel de vie. Ce principe de taxe est déjà mis en place en Finlande et partiellement en Allemagne, contribuant à leur prospérité retrouvée.

Devant la désaffection des électeurs pour la politique, nous nous devons de leur offrir d’autres perspectives plus réjouissantes. Depuis 15 ans, est étudiée la possibilité d’appliquer cette « TVA sociale », sans que jamais elle ne le soit.

Aujourd’hui, les politiques à la hauteur seront ceux qui prendront entre autre en compte cette idée dans leur futur programme. En tout état de cause, dans ma propre famille politique, je la défendrai et ferai tout pour qu’elle y soit inscrite.

 

Marien LOVICHI

Conseiller municipal de Dijon groupe Dijon-Modem,
Secrétaire départemental  adjoint  de l’UDE Côte-D’or

Marien Lovichi UDE TVA sociale