Maquette cite de la gastronomie

La vente du site de l’hôpital

Paroles, paroles… à quand les actes ?

C’est en grande pompe qu’a eu lieu dans la Salle des Etats, le mardi 2 février 2016, la signature de la vente du site de l’hôpital général à la société Eiffage. Le maire nous avait demandé de patienter jusqu’au mardi 2 pour connaître les partenaires et l’opérateur des cinémas.

Nous avons assisté à un show dont notre maire est coutumier, mais coté annonces, nous sommes restés sur notre faim ! Rien de rassurant pour l’avenir. Rien ne nous permettant de penser que la condition suspensive cinématographique serait levée et que la vente ira à son terme.

Bien qu’élément essentiel du projet de la Cité de la Gastronomie, il semblerait que la future cité ne fasse pas recette de ce côté-là !

Nous avons eu le sentiment que la montagne avait accouché d’une souris.

Alors qui pour occuper les 2 cinémas de 4 et 9 salles ?

L’option, indolore financièrement pour la ville, de délocalisation des cinémasdu centre-ville (Darcy, Olympia) semble s’éloigner.

Celle de l’implantation d’un nouvel opérateur semble peu probable. Dijon est en effet déjà en surcapacité et cette création nécessite l’autorisation de la Commission d’Aménagement Cinématographique.

Allons-nous alors vers une cote mal taillée type Eldorado (cinéma d’art et d’essai) et Olympia ? Mais cette solution hybride n’est envisageable qu’avec … un apport supplémentaire de fonds publics !



Curieusement, alors que nous attendons une CITE de la GASTRONOMIE et du vin, créatrice de 2000 emplois, promouvant la gastronomie et le repas des français, il n’est question que d'immobilier et de cinémas.

Nous avons donc l'impression d’avoir affaire plus à un projet immobilier « vendu » à coup d’arguments culturels, qu’à un projet touristique et culturel dont le succès serait assuré par la présence d’un multiplexe cinématographique et qui serait financé par de l'immobilier.



Bref tout ce qui fait la raison d'être de ce projet semble être encore en devenir et non pas acté.

Le grand illusionniste municipal serait-il en train de nous concocter un projet dont il à la recette et le secret ? Un zeste d’économie, une garniture d’emplois locaux (garniture toujours moins copieuse que celle annoncée dans le menu) et comme assaisonnement, beaucoup de fonds publics…

Nous avons eu un avant-goût de ce « savoir-faire », avec Teletech et ses potentiels 600 emplois. Mais dans ce dernier cas ce n’était qu’un hors d’œuvre. Le plat de résistance que l’on veut nous servir aujourd’hui, pourrait-être à la fois coûteux et fort indigeste pour les contribuables dijonnais !

 


Ludovic BONNOT
Franck AYACHE
UDI Dijon

 

 

Darcy Olympia cinéma Eldorado François Rebsamen UDI cité de la gastronomie Franck Ayache Ludovic Bonnot