Dijon greenpeace rend hommage aux victimes du nucleaire

Dijon : Greenpeace rend hommage aux victimes du nucléaire

Ce samedi 12 mars, le groupe local de Greenpeace Dijon organisait un « die-in » place François Rude à Dijon, pour rendre hommage aux victimes des catastrophes de Tchernobyl et Fukushima.

Pour l’organisation de cette manifestation pacifique, le groupe local de Greenpeace Dijon avait reçu le soutien d’Alternatiba Dijon, du Collectif SDN21, des amis de la terre Côte d'or, ainsi que du blog dijon-ecolo.fr. En 2016, à l'heure du grand carénage français (vaste programme industriel devant rendre possible l'exploitation des centrales nucléaires au-delà de 40 ans dont le coût est estimé à 55 milliards d'ici 2025), les organisateurs de cette commémoration estiment que le nucléaire est toujours dans l'impasse.

Dijon greenpeace rend hommage aux victimes du nucleaire tchernobyl 30 ans

Le 26 avril 1986, une série d'erreurs humaines faisait entrer le cœur du réacteur 4 de la centrale nucléaire de Tchernobyl en fusion. La centrale explose alors, laissant échapper un nuage radioactif. Dans la ville de Pripiat, ainsi que dans des dizaines de villages environnants, 350.000 personnes seront évacuées. Elles n'ont jamais pu retrouver leur foyer.

600.000 liquidateurs (opérateurs de la centrale, pompiers, pilotes d'hélicoptères, mineurs, terrassiers, ouvriers, militaires ou civils) se relaieront de 1986 à 1992 pour décontaminer le site et construire un sarcophage autour du réacteur en fusion. 60.000 sont morts. 165.000 sont handicapés.

En Ukraine, en Russie et en Biélorussie des centaines de milliers de décès sont dus à la catastrophe. La région est toujours contaminée. Elle le sera encore pour des centaines d'années.

Dijon greenpeace rend hommage aux victimes du nucleaire fukushima 5 ans

Le 11 mars 2011, un séisme et un tsunami dévastateurs frappaient le Japon, et une catastrophe nucléaire majeure débutait avec la fusion de trois réacteurs de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi. Cinq ans plus tard, la catastrophe nucléaire continue de se dérouler sous nos yeux, entraînant à la fois une contamination de l’environnement et une souffrance humaine intolérables.

Dijon greenpeace rend hommage aux victimes du nucleaire

De 14h à 15h, place François Rude dite du Bareuzaï, à Dijon, des militants et des citoyens volontaires, ont donc simulé la mort. Ces corps sans vie étaient encadrés et gérés par des liquidateurs (des militants portant la lourde et terrifiante tenue de protection que l'on doit revêtir pour se protéger de la radioactivité invisible).

En fin d’action, les liquidateurs ont rejoint dans la mort les premières victimes. Une image forte qui a permis aux militants de Greenpeace de sensibiliser les passants aux dangers du nucléaire et à la vétusté des centrales françaises. La France, pays le plus nucléarisé au monde, possède 58 réacteurs dans 19 centrales dont 5 de plus de 30 ans qualifiées par Greenpeace de « sévèrement dangereuses ».

Greenpeace nucléaire Tchernobyl Fukushima