Apres la cop21 agissons local dijon 16 03 2016

Après la COP21, Agissons local

Europe Ecologie - Les Verts organisait le 28 octobre dernier une réunion avec Pascal CANFIN en amont de la COP21. Cinq mois plus tard le parti écologiste invitait Ronan DANTEC, sénateur écologiste de Loire Atlantique, porte-parole de l’organisation mondiale des cités et gouvernements unis pour le climat, pour tirer un premier bilan de la COP21.

Ronan dantec dijon le 16 03 2016

Trois mois après la signature de l’accord, Ronan DANTEC, est plutôt optimiste. Il estime que l’accord ne laisse plus de place pour le climatosepticisme. Tout comme Pascal CANFIN, Ronan DANTEC lie les crises géopolitiques comme les printemps arabes ou comme la guerre en Syrie à la crise climatique, les crises alimentaires dues à des épisodes climatiques extrêmes conduisant à des désastres sociaux généralisés : « On est fondamentalement maintenant dans une course de vitesse entre la montée des émissions, les désagrégations sociales qui sont liés à cette montée des émissions ». Ronan DANTEC précise toutefois que, concernant la Syrie, si l’exode rural provoqué par la succession de sécheresses est une cause de la crise, ce n’est pas la seule.

Pour le sénateur, la véritable différence entre la COP21 de Paris, et les précédentes, réside dans la volonté de mettre en scène l’action concrète (coalition transports, coalition habitat durable, …) : « il faut que les acteurs concrets de la vie réelle, de l’économie réelle s’engagent pour qu’effectivement on puisse stabiliser le climat (...) c’est ce que chacun va faire à son niveau qui va finalement donner crédit aux engagements des états ».

Apres la cop21 agissons local dijon 16 03 2016 emmanuel giboulot laurent favet ronan dantec yves richard patrice chateau

Après l’intervention de Ronan DANTEC, une table ronde a réuni les acteurs locaux suivants : Yves RICHARD, professeur à l’université de Bourgogne responsable du centre de recherche de climatologie ; Emmanuel GIBOULOT, viticulteur à Beaune pratiquant la biodynamie ; Patrice CHATEAU, adjoint au maire de la ville de Dijon en charge de l’environnement et des espaces verts ; et Laurent FAVET créateur de Cric&Co, un self garage associatif et participatif, ayant pour but d’accompagner les consommateurs dans leurs choix en terme de mobilité et favoriser la mobilité durable.

Apres la cop21 agissons local dijon 16 03 2016 yves richard

Pour Yves RICHARD, en Bourgogne comme dans toute l’Europe de l’ouest, la température a augmenté plus vite dans les cinquante dernières années qu’au niveau mondial (+1° contre 0,7° en moyenne). Si les précipitations n’ont pas diminué significativement, l’augmentation de la température entraîne néanmoins une tension sur la ressource en eau du fait de l’évaporation et d’une croissance plus rapide des végétaux.

Le scientifique rejoint l’opinion de Ronan DANTEC : « ce n’est pas qu’une question du futur, le climat a déjà changé, on a déjà commencé et on va continuer à changer ».

En outre, il a évoqué le phénomène d'îlot de chaleur urbain qui entraîne des températures plus élevées en ville qu’à l’extérieur, notamment durant la nuit en période de canicule (+6° à Dijon par rapport à la campagne). Précisant que du fait du changement climatique, la fréquence de ces périodes de canicules va s’accroître et que cet îlot de chaleur a un véritable impact sanitaire : « la surmortalité en période de canicule est une surmortalité urbaine, donc il est important que les villes, et là les villes ont la main, agissent pour essayer de limiter cet îlot de chaleur urbain ».

Apres la cop21 agissons local dijon 16 03 2016 emmanuel giboulot

Emmanuel GIBOULOT s’est montré pessimiste sur la conservation des typicités des vins de Bourgogne face au changement climatique et pense que l’on doit aller plus vite dans la recherche de familles plus tardives au sein des cépages chardonnay et pinot. En outre il a démontré tous les bienfaits de l’agriculture de conservation qui consiste par exemple pour la vigne à mettre en place hors période de croissance, entre les pieds de vigne, des engrais verts qui captent du CO2 pour produire de la matière organique qui vient enrichir le sol et développe la vie microbienne de celui-ci. En outre, il souhaite trouver des solutions pour éviter le brûlage des sarments de vignes lors de la taille, des piquets, et des ceps arrachés.

Apres la cop21 agissons local dijon 16 03 2016 patrice chateau

Patrice CHATEAU, dans son intervention a évoqué les changements mis en place dans la gestion de la ressource en eau au sein des espaces verts de la ville (arrosage goutte à goutte, récupération de l’eau de drainage du parking Trémouille qui est impropre à la consommation pour l’arrosage d’une partie des espaces verts dont les 10 hectares supplémentaires liés à la mise en place du Tram, choix de plantes moins gourmandes en eau…). Il a également parlé de la nécessité de « faire le plein d’essences » pour développer la biodiversité au sein des espaces verts, du plan zéro-phyto, de l’introduction du bio dans les cantines, et du développement de l’agriculture biologique notamment dans les zones de captage pour préserver la ressource en eau.

climat Laurent FAVET Patrice CHATEAU Emmanuel GIBOULOT Ronan DANTEC EELV COP21