La France va déroger à la Convention européenne des droits de l’homme

Une semaine après les attentats du 13 novembre, le parlement a voté la prolongation de l'état d'urgence pour trois mois. Une période durant laquelle l'état dispose des prérogatives étendues qui permettent d’enfreindre certains libertés fondamentales, telles la liberté de circulation, la liberté d’expression ou le respect de la vie privée : assignation à résidence, perquisitions sans autorisation judiciaire, copie de données informatiques,...

A lire sur : www.bastamag.net

terrorisme sécurité Evénements de Paris état d'urgence