Interdiction des mobilisations pour le climat : un état d'urgence à deux vitesses ?

De nombreux militants ne comprennent pas l'interdiction des manifestations pour le climat en marge de la COP21 qui étaient prévues ce week-end, que ce soit à Dijon ou à Paris alors que d'autres manifestations comme les marchés de noël sont maintenus. Cécile PRUDHOMME, tête de liste des Écologistes de Bourgogne Franche-Comté réagit dans ce sens.

Les Écologistes de Bourgogne Franche-Comté prennent connaissance des interdictions des manifestations sur le climat prévues samedi 28 et dimanche 29 novembre un peu partout dans la grande région.

Nous comprenons les impératifs de sécurité, mais nous regrettons que le gouvernement n'ait même pas souhaité envisager avec les organisateurs des formes alternatives de mobilisation.

Cette interdiction, taillée sur mesure pour viser les mobilisations citoyennes pour le climat, interroge, alors que de nombreux événements, dont les marchés de Noël, eux aussi en extérieur, sont autorisés.

Ce deux poids deux mesures fait peser un doute sur les motivations réelles de l'interdiction. Comment ne pas y voir l'occasion d'interdire toute expression politique autre que les conférences officielles liées à la COP21 ?

Les Écologistes de Bourgogne Franche-Comté soutiennent les associations et citoyens qui appellent à se mobiliser malgré l'interdiction.

A l'heure de la mobilisation vitale pour le climat, nous avons besoin de toutes les forces politiques et citoyennes, ne pas voir cela et réduire la COP21 aux seules manifestations officielles est une erreur, pire une faute.

Cécile Prudhomme
tête de liste des Écologistes de Bourgogne Franche-Comté

Cecile Prudhomme EELV manifestation climat alternatiba Evénements de Paris terrorisme