Journée d’action nationale du 24 Novembre 2015 pour le pouvoir d’achat des retraités

L’intersyndicale (CGT, CFTC, CFE-CGC, FGR-FP, FSU et l’association LSR) des retraités de la Côte d’Or avait prévu dans le cadre de la journée d’action nationale de ce 24 novembre, un rassemblement devant la Préfecture de Dijon.

En raison des attentats de Paris, ce rassemblement est repoussé à une date ultérieure et mais l’intersyndicale maintien l'ensemble de ses revendications en matière de pouvoir d'achat des retraités.

 

Dans le cadre de la journée d’action nationale de ce 24 Novembre 2015, l’intersyndicale (CGT, CFTC, CFE-CGC, FGR-FP, FSU et l’association LSR) des retraités de Côte d’Or avait prévu un rassemblement des retraités devant la Préfecture à Dijon.

En raison des attentats de Paris, ce rassemblement est repoussé à une date ultérieure et l’intersyndicale maintien ses revendications et estime que le cumul des mesures prises depuis 1993 a un impact négatif sur les retraités :

  • l’indexation sur les prix rogne le pouvoir d’achat ;
  • les mesures fiscales diminuent le niveau de vie ;
  • la situation empire pour de nombreuses personnes retraitées, en particulier celles ne percevant que la pension de réversion ;
  • le nombre de personnes retraitées sous le seuil de pauvreté augmente ....

L’aumône de 0.1% d’augmentation des retraites (soit 1€ pour une personne percevant une retraite de 1000€ mensuels) est vécue comme une véritable provocation par les retraités dont le pouvoir d’achat est fortement impacté par les dépenses contraintes (alimentation, énergie, logement, santé, transport, fiscalité...).

Il ne peut être accepté que 10% d’entre nous, particulièrement des femmes, vivent sous le seuil de pauvreté (environ 900€) y compris après une carrière complète et qu’un certain nombre de retraités soient contraints d’occuper un emploi en raison du montant insuffisant de leur pension.

Nous continuons d’exiger une véritable amélioration du pouvoir d’achat des retraités par :

  • l’arrêt du gel des pensions ;
  • l’abrogation des mesures fiscales régressives contre les retraités ;
  • la concertation des organisations syndicales de retraités pour ce qui touche à l’évolution des pensions et retraites ;
  • l’absence de pension inférieure au SMIC pour une carrière complète ;
  • le retour à une revalorisation annuelle des pensions au 1er janvier de l’année prenant en compte l’évolution des salaires ;
  • la mise en oeuvre au 1er janvier 2016 d’une loi sur l’adaptation de la société au vieillissement avec la prise en charge de la perte d’autonomie par la Sécurité Sociale ;
  • le développement et le renforcement des services publics indispensables à une vie digne, en particulier dans le domaine de la santé.

conflit social retraités