Manifestation suite expulsion impasse reggio

Expulsion du squat impasse de Reggio

Squatté depuis avril 2015, un bâtiment situé au 4 impasse Reggio à Dijon a été évacué ce matin en vertu d'une décision de justice du 1er septembre 2015. Il a été proposé à chaque occupant de venir en préfecture à l’accueil mutualisé (préfecture, DDCS, OFII) où chaque situation individuelle a été étudiée afin de proposer à la personne une réponse appropriée à ses besoins.

Depuis avril 2015, des bâtiments laissés inoccupés impasse de Reggio, face à IKEA, étaient occupés par plusieurs dizaines de migrants laissés sans aucune solution par les pouvoirs publics selon le collectif droit d'asile-migrants qui déclare en outre dans un communiqué de presse : « Une nouvelle fois, alors que les vacances scolaires débutent et que de nombreux soutiens sont absents, la préfecture répond par une expulsion au manque chronique de logement. Il n'existe aucun projet sur ces locaux, demain ils seront murés et resteront vide. Les personnes expulsées quant à elles, se retrouvent en majorité à la rue ».

Le propriétaire des lieux, l’EURL BATIMIG, a saisi le tribunal de grande instance de Dijon qui a par ordonnance de référé prononcée le 1er septembre 2015 ordonné l’expulsion des occupants. En application de cette décision de justice et à la demande du propriétaire, la Direction départementale de la sécurité publique de Côte d’Or est donc intervenue aujourd’hui pour assister l’huissier de l’EURL BATIMIG afin de lui permettre de recouvrer son bien.

L’huissier a ainsi signifié ce matin aux occupants la nécessité de quitter les lieux. La reprise des locaux s’est déroulée dans le calme. Une soixantaine de personnes était présente sur place, uniquement des hommes. Après les vérifications d’usage relatives à leur identité, il a été proposé à chaque occupant de venir en préfecture à l’aide d’un bus mis à disposition. Sur la soixantaine de personnes présentes sur place, 32 personnes ont emprunté le bus.

L’accueil mutualisé (préfecture, DDCS, OFII) a examiné la situation de chaque personne afin de lui proposer une réponse appropriée à ses besoins. Toutes les personnes ont reçu une offre d’hébergement ou ont bénéficié d’un bon de transport pour rejoindre le département dans lequel elles ont déposé leur demande d’asile (une quinzaine de personnes).

En réaction à cette expulsion, le collectif de soutien ainsi que les personnes solidaires appelaient à un rassemblement ce vendredi soir à 18h devant la préfecture, pour réclamer le respect du droit universel au logement.

squat impasse de Reggio expulsion migrants réfugiés squat