Paul Garrigues et André Thollet du collectif droit d'asile migrants

Dijon : vers une amélioration de l’accueil des migrants ?

Paul Garrigues et André Thollet du collectif droit d'asile migrantsEn amont de la manifestation de demain après-midi, le collectif droit d’asile-migrants a convié la presse pour présenter la situation des migrants sur Dijon ainsi que leur demande de rencontre auprès de François Rebsamen. Cet après-midi la ville de Dijon indiquait que Nathalie Koenders, première adjointe au maire, sera demain à Paris pour la rencontre nationale des maires volontaires à l’accueil de migrants.

Paul Garrigues et André Thollet du collectif droit d'asile migrants

En préambule de la conférence de presse organisée ce matin à la Maison des Associations de Dijon, par le collectif droit d’asile-migrants, Paul Garrigues a tenu à faire un point général sur l’accueil des migrants dans le monde avant d’évoquer la situation locale.

L’Europe n’accueille que 22 % des réfugiés

Il a ainsi précisé que contrairement à une idée reçue le nombre de demandeurs d’asile en France et en Europe n’est pas très élevée. Dans le monde, selon l’UNHCR, c’est la Turquie, le Pakistan, le Liban, l’Iran, l’Ethiopie et la Jordanie qui accueillent le plus de réfugiés. L’Europe n’accueillant que 22 % d’entre-eux. En 2014, les quatre pays européens qui ont reçu le plus de demandes d’asile sont l’Allemagne, largement en tête, puis la Suède, l’Italie et la France. Ramené à la population, après la Suède, ce sont le Monténégro, la Hongrie et l’Autriche qui reçoivent le plus de demandes.

Le taux d’acceptation des demandes d’asile est très disparate entre les différents pays de l’Union européenne. En France, ce taux se situe dans la moyenne européenne (30 %). Avec un taux d'acceptation de près de 50 %, c’est l'Allemagne qui est le pays le plus accueillant d'Europe. En Côte-d’Or, le nombre de demandes d’asile est en baisse. S’il n’y a pas de difficultés pour héberger les femmes et les familles, les hommes seuls n’ont que la rue ou au mieux la précarité des squats pour seul horizon.

En regard des 32000 morts depuis 2000 pour rejoindre l'Europe, les militants du collectif ont insisté sur le fait que la fermeture des frontières ne fait que renforcer les passeurs et fait prendre plus de risques aux candidats à l’exil.

Les militants du collectif estiment que les OQTF (Obligation de Quitter le Territoire Français) créent de la précarité en entraînant les personnes dans une spirale infernale (perte de leur emploi, perte de leur logement) qui les ménent à venir encombrer les hébergements d’urgence alors qu’ils étaient parfaitement intégrés et participaient à l’économie.

Des demandes concrétes

Au terme de la manifestation de demain samedi, les membres du collectif désirent rencontrer François Rebsamen en tant que Maire de Dijon et Président du Grand Dijon ainsi que le Préfet pour leur exposer leurs demandes :

  • ouverture d’un abri de jour ;
  • règlement de la situation des hommes ;
  • traitement plus adapté des dossiers afin d’éviter les OQTF, créatrice de précarité ;
  • respect du droit des enfants.

Comment les personnes qui le désirent peuvent vous aider ?

Nous demandons avant tout à la population de se mobiliser derrière nous pour faire bouger les choses. Nous avons également besoin d’argent pour acheter de la nourriture pour les migrants auprès  de la banque alimentaire ou tout simplement pour faire face au coût des milliers de photocopies nécessaires pour le montage des dossiers de demande d’asile. Nous avons aussi besoin d’aide pour l’accueil des demandeurs d’asile lors des permanences du collectif. Mais avant toute chose il faut que l’engagement individuel s’inscrive dans la durée et non pour quelques semaines sous l’influence d’une actualité sur-médiatisée.

Samedi, réunion à Paris et manifestation à Dijon

Face à la crise migratoire que vit actuellement l’Europe et après l’annonce du Président François Hollande d’accueillir 24000 réfugiés supplémentaires sur deux ans, le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, réunit samedi en fin de matinée, à Paris quelque 600 représentants de villes disposées à accueillir des réfugiés, pour organiser la solidarité suscitée ces derniers jours par les drames en Méditerranée et en Europe.

Cet après-midi, la ville de Dijon indiquait sur sa page Facebook que le maire de Dijon serait représenté à cette réunion par Nathalie Koenders, sa première adjointe.

Samedi après-midi, les associations du collectif appellent à un rassemblement à Dijon.

Peut-être pouvons-nous espérer au terme de cette réunion nationale et cette manifestation locale un meilleur accueil des réfugiés à Dijon et en tout premier lieu l'arrêt de la procédure d’expulsion contre le squat de l'impasse de Reggio ?

 

Accueil des réfugiés : Dijon, une ville engagée auprès des réfugiés et victimes de guerreFace au drame humanitaire des...

Posted by Ville de Dijon on vendredi 11 septembre 2015

demandeurs d'asile réfugiés squat migrants Dijon